La technique de marketing de l'industrie alimentaire : le "positionnement unique" - Extrait du livre The Starch Solution (2012) - Dr. McDougall

Traduction Nico Starchivore

 

Distrayez vos clients, puis tuez-les lentement

 

Les entreprises alimentaires utilisent le "positionnement unique" pour promouvoir leurs produits. Qu'elle cherche à vendre du bœuf, du fromage, des œufs, ou du poulet, chaque industrie positionne son produit en promouvant un avantage parce qu'elle veut que vous associez cet avantage avec ce produit. Ce type de marketing nous a convaincus que le lait et le fromage rendent les os solides avec leur source généreuse de calcium. Vous vous êtes procuré du boeuf ? Alors vous vous êtes aussi procuré beaucoup de fer. Du poulet au menu ? Super, c'est une source exceptionnelle de protéines maigres. Du poisson pour le dîner ? Quelle meilleure façon d'obtenir vos acides gras oméga-3 pour le développement de votre cerveau ? Du moins c'est ce que ces industries voudraient vous faire croire. Mais est-ce que ces affirmations sont vraies ? Est-ce qu'elles révèlent toute l'histoire ?

 

Les efforts de marketing des industries de la viande et des produits laitiers nous ont convaincus que le calcium, le fer et les protéines sont des nutriments essentiels que nous devrions rechercher en grandes quantités. Ils sont vendus dans la nourriture et les suppléments comme une sorte de police d'assurance contre les maladies causées par les carences. Ces nutriments sont en effet essentiels, mais ce que les vendeurs de produits d'origine animale et de pilules ne vous diront pas est que les maladies de carences de ces nutriments sont pratiquement inconnues, et que les aliments végétaux communs répondent parfaitement à nos besoins en calcium, en fer et en protéines. Il n'y a aucun avantage nutritionnel connu à choisir de la viande rouge, de la volaille, des produits laitiers, ou des œufs pour leur forte densité en nutriments particuliers. En fait, les concentrations élevées en éléments nutritifs viennent au détriment d'autres : le lait et le fromage sont déficients en fer, tandis que la viande rouge, la volaille et les œufs (à part les coquilles) ne fournissent pratiquement pas de calcium. Ces aliments ne peuvent pas être considérés comme des aliments équilibrés : lorsque vous mangez vous vous retrouvez avec trop de certains nutriments et pas assez d'autres. Ceux que vous obtenez en excès posent des risques réels et bien documentés.

 

Pendant mes 44 années de pratique en médecine, je n'ai jamais vu un patient tomber malade en mangeant des pommes de terre, des patates douces, du maïs, du riz, des haricots, des fruits ou des légumes, sauf dans de rares cas où les aliments étaient moisis ou contaminés, ou de rares cas où ils ont déclenché une allergie rare ou une sensibilité alimentaire.

 

Mais je suis témoin tous les jours de maladies graves qui découlent de la consommation d'aliments d'origine animale, incluant les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète de type 2, l'arthrite, l'ostéoporose et le cancer. Peu importe si ces aliments ont été traités par une grande entreprise utilisant des additifs et des produits chimiques, vendus directement par un agriculteur biologique de confiance, ou élevés dans votre propre basse-cour. Tous les aliments d'origine animale provoquent des maladies lorsqu'ils sont consommés en quantités généralement trouvées dans l'alimentation occidentale. Pourquoi ? Principalement parce que ce ne sont pas des aliments pour les humains.

 

Les aliments d'origine animale sont plus semblables que différents

 

Tous les aliments d'origine animale fournissent essentiellement la même nutrition et ont à peu près la même conséquence sur votre santé. Ça n'a pas d'importance si vous faites griller de la viande qui vient d'une vache, d'un porc, d'un mouton, d'un agneau ou d'un poulet, si vous brouillez des œufs pondus par une poule ou une cane, ou si vous buvez du lait qui vient d'une vache, d'une chèvre ou d'une brebis. Le marketing alimentaire spécifique à l'industrie voudrait vous faire croire le contraire, mais en fait, ces aliments sont si semblables qu'ils sont essentiellement équivalents au niveau nutritionnel.

 

Les aliments d'origine animale sont constitués de grandes quantités de protéines, de lipides et de cholestérol, de niveaux élevés de méthionine, un acide aminé contenant du soufre, et d'acides alimentaires. Cela est vrai si vous mangez un de ces aliments seul ou si vous les associez à l'heure du repas dans les blenders préférés des gens : leurs estomacs.

 

A part les sucres simples du lait et du miel, les aliments d'origine animale ne contiennent pratiquement pas de glucides, et ils ne fournissent jamais de fibres alimentaires.

 

Comme les aliments d'origine animale, le groupe des aliments végétaux riches en amidon se comporte essentiellement de manière identique les uns aux autres. Les aliments végétaux sont riches en glucides et en fibres, bas en gras et en acides alimentaires, et ne contiennent pas de cholestérol. Ils ont aussi en moyenne une quantité suffisante de protéines, mais pas en excès. En d'autres termes, ils fournissent beaucoup plus de ce qui est bon pour vous et peu ou pas de ce qui vous rend malade.

Écrire commentaire

Commentaires: 0